Ni aveugle, ni ingrat. Etre Rwandophone, exigences et challenges

Lukiza J-L Kayitenkore

08/15/14

Africa Great LakesEst-ce seulement un effet de mode qui s’estompera avec le temps? Ou c’est inscrit dans la durée donc un paramètre qu’il faut inclure dans les actions et réactions de la personne lambda.

De quoi parle-je ? De la volée de bois vert et de la réaction des que le mot Rwanda ou tout ce qui lui est affilié est cité.

De prime abord, comment séparer le vrai de l’ivraie ?

Faut-il faire porter au Rwanda tous les péchés d’Israël ou sous d’autres prismes, ai-je l’impartialité voulue pour donner un jugement de valeur ?

«Ni aveugle, ni ingrat », sont la base de ma réflexion.

Comment vivre le dynamisme d’être Rwandophone dans le concert des Nations et plus spécifiquement dans ces pays limitrophes du Rwanda qui ont des populations qui parlent le Kinyarwanda et qui souvent se trouvent entre le marteau et l’enclume.

Ces populations se trouvent devant un choix de fermer certaines portes au risque d’être catégorisées comme tièdes, sans ferveur, face à l’appel patriotique.

Quel est cet appel, tout patriotique qu’il soit, qui prohibe la liberté d’association et au pire de réflexion ?

D’être comme des moutons de Panurge et emmenés vers la falaise pour le saut de l’ange.

Je m’offusque contre toute forme de violence, verbale, physique et que sais-je encore.

Etre né en RDC, avoir les meilleurs potes de la RDC, avoir comme sobriquet le plus Congolais des Rwandais ou le moins Rwandais des Congolais sont les deux faces d’une même pièce.

Comment vivre sa Congolité quand le discours officiel et officieux de la RDC est le spectre des manipulations d’antan..

Avec ces expressions qui voulaient tout dire ou ne rien dire. (Nationalité douteuse)

L’ouverture de la boite de Pandore. Parce que la nationalité douteuse n’empêche pas d’aspirer et de réaliser certains objectifs.

Mais comme une certaine épée de Damoclès, certaines fonctions sont réservées au Congolais de souche n’est ce pas ?

Quelle est la définition du Congolais de souche ? Une nouvelle fois, on se rend compte que certains politiciens pompiers pyromanes ont soufflé le chaud et le froid pour des intérêts mesquins.

Je reviens a la RDC, au Rwanda et aux autres pays pour cogiter et me poser la question a voix haute, quelles sont mes exigences, mes challenges

C’est un vœu pieux mais je souhaite apporter ma pierre à l’édification d’une Afrique de l’Est qui bouge avec des valeurs positives.

Pouvoir au gré des rencontres, des opportunités, me déplacer dans un espace commun et ne pas subir l’apesanteur des frontières héritées de la Colonisation.

Les Peres fondateurs de l’Afrique avaient une vision et avaient souffert dans leurs chairs, plusieurs endurant le sacrifice suprême pour que leurs enfants aient un avenir meilleur.

Le constat, un demi-siècle après cette libération est  que le trajet parcouru n’est pas rectiligne, que beaucoup d’objectifs ne sont pas atteints, que des populations se retrouvent sous certains cieux dans notre belle Afrique, sous une servitude plus abjecte que celle des années précédant les indépendances.

A une époque ou notre planète est un village global avec ce bombardement en continu de nouvelles (garbage news). Le cynisme affiché face aux injustices est pour le moins troublant.

Quand on est Juge, partie, bourreau, appliquant la sentence. On peut penser l’espace d’un instant ou de manière permanente que notre réflexion est la seule qui prime et que celle de l’autre ne mérite pas d’être entendue.

Un dialogue demande des partenaires et ce doit d’être inclusif.

Je ne peux dire que Nostradamus m’ai confié ses acquis, néanmoins la politique de bon voisinage veut qu’il fasse faire face a tout ce qui va a l’encontre de cet élan.

Il faut apaiser les cœurs et avoir la maturité possible et souhaitable, éviter de céder a la tentation d’un effet de manches qui n’apporte qu’une satisfaction spontanée avec comme contrepartie ou conséquence, des ravages profonds au sein de la société.

L’Afrique en tant que continent a raté tous les coches des révolutions précédentes des autres continents en particulier du continent de l’hémisphère Nord.

Il serait de bonne guerre que des synergies se créent sur notre continent pour que la mobilité des peuples, leurs avoirs ne soient plus que théorique.

J’en appelle au Bomoto, ce concept qui peut aussi se nommer Ubuntu et aussi Umuco. Ce recueil de lois écrites ou non, des Us et Coutumes, de la sagesse qui nous font réagir ou agir comme les parents de nos parents et en remontant aussi haut et loin que possible.

Que vive la Région des grands lacs, que Vive Mama Africa !

Kinyarwanda:  A Bantu language of Rwanda, closely related to Kirundi and an official language of Rwanda.

Kinyarwanda, also known as Rwanda (Ruanda) or Rwandan, is the official language of Rwanda and a dialect of the Rwanda – Urundi language spoken by 12 million people in Burundi, Democratic Republic of the Congo, and adjacent parts of southern Uganda.