Suspension du droit pour le M23

La logique des « accords secrets »

Major JanvierLa faillite de la stratégie du rapatriement forcé des anciens rebelles met en évidence toutes les limites de la diplomatie occulte qui ne contribue pas à la pacification de l’Est de la RDC.

The failing of the strategy of the forced repatriation of the former rebels shows out the limits of the occult diplomacy, which does not contribute to peace in Est-DRC.

Lire la suite…

 

Tentatives échouées de rapatriement forcé des combattants ex-M23

Une violation du droit international

EntebbeMalgré l’intervention musclée des forces ougandaises dans le camp militaire de Bihanga, les jeunes militaires de l’ancienne rébellion ont opposé une résistance farouche à leur déportation en RDC, où leur vie est en danger, et les autorités de Kampala ont pour le moment suspendu l’opération.

Despite the strong intervention of the Ugandan forces in the Bihanga military camp, the young soldiers of the former rebellion fiercely resisted their deportation in DRC, where their lives are in danger. Kampala authorities currently suspended the operation.

Lire la suite…

 

Communiqué Officiel du Mouvement du 23 Mars en rapport avec la question du rapatriement.

Le Mouvement du 23 Mars tient à fixer l’opinion sur la question du rapatriement de ses membres sur laquelle le Gouvernement de la RDC bat actuellement campagne à travers les médias.
En effet, notre Mouvement réaffirme son engagement pour le rapatriement rapide de ses membres en République Démocratique du Congo, et nous saluons cette récente initiative. Ce rapatriement devra :
1. Respecter le cadre défini par les déclarations signées le 12 décembre 2013 à Nairobi ;

2. Etre inclus dans un calendrier de mise en œuvre desdites déclarations à convenir par les parties signataires à savoir le Gouvernement de la RDC et le Mouvement du 23 Mars ;

3. Se dérouler conformément aux déclarations de Nairobi, c’est-à-dire, en incluant le rapatriement de tous les réfugiés congolais vivant en Uganda, au Rwanda, au Burundi et ailleurs ;

5. Dissiper le malentendu entretenu délibérément par le Gouvernement de la RDC sur la question de l’application de la loi d’Amnistie dont les critères d’octroi sont rendus opaques, celle relative aux dispositions transitoires de sécurité devant régler la question des combattants du M23, ainsi que celle du label ‘’ Mouvement du 23 Mars ‘’dont le port nous est reconnu par les déclarations de Nairobi.

Continue reading

Massacre dans l’Est de la RDC : le bilan s’alourdit à 36 morts (autorités locales)

AFP

07/12/14

BeniTrente-six personnes ont été tuées dans la nuit de samedi à dimanche lors d’un nouveau massacre attribué à des rebelles ougandais dans l’Est de la République démocratique du Congo, selon un nouveau bilan des autorités locales. Cette nouvelle tuerie attribuée aux Forces démocratiques alliées (ADF) porte à plus de 250 le nombre de personnes tuées dans des circonstances similaires dans le territoire et la ville de Beni, dans le Nord de la province du Nord-Kivu depuis le début du mois d’octobre. Elle a été perpétrée à l’arme blanche à la lisière de la ville d’Oicha et dans deux villages des alentours : Manzanzaba et Mulobiya. “Le bilan a été revu à la hausse, à 36 morts”, a déclaré à l’AFP Jean-Baptiste Kamabu, chef de la cité d’Oicha, joint par téléphone depuis Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu. “Nous avons mené une opération de reconnaissance et de recherche des victimes […] et nous déplorons le carnage de 36 compatriotes”, a dit à l’AFP le colonel Célestin Ngeleka, porte-parole de l’opération congolaise Sokola 1, offensive des Forces armées de la RDC (FARDC) contre les groupes armés dans le Nord du Nord-Kivu, Continue reading

RDC: Déclaration du Mouvement du 23 Mars sur la situation qui prévaut actuellement dans le nord de la Province du Nord-Kivu.

Le dernier développement de la situation politique et sécuritaire en République Démocratique du Congo en général et plus particulièrement dans le territoire de Beni en province du Nord- Kivu est effrayant. La série des massacres des populations civiles à échelle évasée dont les plus récents remontent à la nuit du 20 au 21 novembre 2014 dans les Villages de Tepoimba et Vemba à 10 km de Mavivi/Beni avec son lot de centaine des victimes innocentes atrocement
achevées à la machette, au couteau et autres gourdins, reste sans appel. 236 innocents dont des femmes et des enfants massacrés en l’espace de 90 jours est un drame incompréhensible et sensé inattendu depuis que la Brigade d’Intervention des Nations-Nations a vu le jour dans notre pays et, surtout, après que les Forces Armées de laRépublique Démocratique du Congo
aient été déclarées monter en puissance et contrôler pleinement l’ensemble du territoire national (Cfr. Intervention du Chef de l’Etat à la 69eme session de l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2014). Les dirigeants du pays doivent une minutieuse explication non seulement aux familles de victimes mais également à l’ensemble de la communauté nationale. Continue reading

Woolgathering Catastrophe in Congo

Georgianne Nienaber

11/24/14

Trying to tell the stories of the latest human catastrophes in the Democratic Republic of Congo feels like woolgathering. Not the popular definition of a “flight of fancy,” or Patti Smith’s phantom woolgatherers clothed in “strange archaic cap and dress,” in her magnificent story/poem Woolgathering. No. This is literal woolgathering–wandering from bush to bush and picking tufts of wool from sticky brambles that have torn the coats of lost sheep that wandered into the thicket.

As a writer, I feel buried in the wool. The fibers of information, true and false, threaten to suffocate any desire to try to tell the story. The thread of truth exists in thousands of pages of field reports, government propaganda, human rights press releases, emails from Congolese friends, personal photos from Congolese IDP camps, and press releases from the United Nations High Commission for Refugees (UNHCR).

Read more…

 

Manœuvres en cours à Kinshasa ; Calculs dangereux autour du M23.

L’Agence d’Information

08/11/14

En imposant la capitale de la RDC comme siège pour la discussion sur la mise en œuvre des Déclarations de Nairobi, le gouvernement joue la carte de la surenchère contre l’ancienne rébellion. Pour provoquer à long terme une nouvelle guerre et faire oublier aux Congolais qu’ils risquent de se retrouver avec un président à vie ?

PicturesEn dépit des objections politiques et d’ordre sécuritaire portées par les responsables de l’ancienne rébellion du Mouvement du 23 Mars qui devaient y participer, la réunion du Mécanisme national de suivi (MNS) pour la mise en œuvre des Déclarations de Nairobi, signées le 12 décembre 2013 par les délégations du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et des insurgés, est en train de se tenir à Kinshasa en absence de ces derniers. Continue reading

RDC : 20 ans de non-désarmement des génocidaires rwandais.

Mathieu Lopes

05/11/14

UNFin 2013, face à l’offensive conjointe de la mission onusienne (MONUSCO) et des Forces armées de RDC (FARDC), le groupe armé le plus puissant, le Mouvement du 23 mars (M23), déposait les armes et s’engageait dans un processus politique. Mais comme le pointait très justement une lettre ouverte de différents intellectuels, le fait de ne cibler que le M23 relevait d’une « lecture […] partiale et réductrice de la situation ». La lettre dénonçait une logique occultant « le rôle dans le conflit de plusieurs groupes criminels, bien plus anciens et actifs, qui ont recours à une violence ouverte et massive ». Au premier rang desquels les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

En 1994, face à l’avancée des troupes du Front Patriotique Rwandais(FPR), une grande partie des Forces armées rwandaises (FAR) et des milices Interahamwés, qui commettent le génocide des Tutsi, se replie au Zaïre.

Lire la suite…

Des unités de l’armée congolaises impliquées dans le massacre de Beni.

Kabila démissionne le sulfureux général Mundos qu’il avait placé à la tête des opérations contre l’ADF

L’Agence d’Information

2/11/14

Échafaudée par le pouvoir, la thèse de la responsabilité des rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques (ADF) dans les massacres du Grand Nord est démentie par un grand nombre de témoins, observateurs et analystes. Il s’agirait plus probablement d’une diversion, instrumentalisée par Kabila pour détourner l’attention du débat sur la réforme constitutionnelle, et permettant d’écarter les controverses sur la traque sans cesse reportée contre les FDLR. La mise à l’écart du général Mundos, considéré comme un des maîtres d’œuvre du massacre, avait été demandée par la population qui la voit maintenant cette sanction comme une confirmation de l’implication de l’armée dans les atrocities.

Lire la suite…

MISE AU POINT DU MOUVEMENT DU 23 MARS SUR LE RAPPORT DU BCNUDH D’OCTOBRE 2014

bb.jpgNous sommes scandalisés par le rapport dont font état les médias sur des prétendus crimes que le Bureau Conjoint des Droits de l’Homme de la MONUSCO imputerait au Mouvement du 23 Mars pour la période allant d’Avril 2012 à Novembre 2013. Pour ce faire, nous tenons à faire la mise point suivante :

01. La résolution 2098 a fait de la MONUSCO un belligérant de plus dans la guerre qui opposait le M23 au gouvernement en la faisant participer directement aux combats. De ce fait, tout rapport de la MONUSCO concernant le Mouvement du 23 Mars ne peut être ni neutre ni crédible parce qu’il ne viserait qu’à soutenir son alliée dans cette nouvelle forme de guerre qu’il mène contre le M23 depuis la signature des déclarations de Nairobi ;

02. Il ressort des premiers éléments à notre disposition que ce document, comme l’on pouvait s’y attendre, n’est fondé que sur des propos recueillis et non des faits observés ou établis. Continue reading

Page 1 of 24212345678...203040...Last »