Hillary Clinton en RD-Congo

De THE ASSOCIATED PRESS (CP)

10/08/09

 

 

hillary-clinton-secretary-of-state.jpgKINSHASA — La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton est arrivée lundi à Kinshasa, pour une visite de deux jours en République démocratique du Congo qui la mènera également dans l'est du pays, ravagé par la guerre depuis des années.

"Je suis ici aujourd'hui parce que les Etats-Unis sont engagés aux côtés du peuple congolais. Nous croyons dans vos promesses et dans vos potentialités. Nous voulons être vos partenaires et renforcer les institutions de la démocratie, construire la société civile, créer une economie pour le bonheur de son peuple", a déclaré Hillary Clinton.

"Je pense que les leaders des étudiants comme vous-mêmes êtes de ceux qui ont à denoncer les maux dont votre société souffre. Dénoncez la corruption, la violence et le conflit…Tous ceux qui font rater des oportunités à ce pays. Ensemble, vous pouvez ecrire un nouveau chapitre pour ce pays, a-t-elle ajouté.

"Le président Barack Obama (…) est fier d'être un fils de l'Afrique. Il veut que les Etats-Unis, la RD-Congo et d'autres pays d'Afrique soient partenaires et alliés, pour faire face aux défis auxquels nous sommes confrontés", a déclaré Mme Clinton au cours d'une réunion avec la jeunesse congolaise, en présence de l'ex-star congolaise du basketball américain, Mutombo Dikembe.

Mme Clinton a d'ailleurs visité à Kinshasa l'hôpital ultra-moderne qu'y a fait construire le sportif, avant de rencontrer dans la soirée le Premier ministre Adolphe Mozito et des responsables de la MONUC, la mission de l'ONU en République démocratique du Congo.

Temps fort de son périple africain, elle devait se rendre mardi dans l'est du pays, ravagé par des guerres répétées depuis 1996. C'est là qu'elle devait rencontrer le président Joseph Kabila, ainsi que des victimes de ces conflits: des entretiens sont prévus avec des femmes violées et des déplacés.

Au Kenya, elle avait expliqué avoir insisté pour se rendre à Goma, malgré les inquiétudes de son entourage en matière de sécurité, afin de "s'élever contre la violence indicible dont sont victimes les femmes et filles" dans la région: "c'est le pire exemple de l'inhumanité des hommes envers les femmes et de la manière dont les femmes sont utilisées dans les conflits".

Autre lourd dossier sur lequel elle veut se pencher, celui du financement des diverses milices et armées de la région par l'exploitation des richesses minières.

Hillary Clinton était auparavant en Angola, en Afrique du Sud et au Kenya, dans le cadre de cette tournée de 11 jours qui la mènera aussi au Nigeria, au Liberia et au Cap Vert.

Copyright © 2009 The Canadian Press